Impact d’une installation de chaufferie sur la qualité de l’air – En’RnoV

Rappel du contexte

Le projet de construction d’une chaufferie gaz dans le cadre du projet de Réseau de chaleur urbain Rennes nord Vilaine En’RnoV, à suscité des interrogations sur les futurs rejets de polluants dans l’atmosphère.

Air Breizh a réalisé:

Deux scénarios ont été envisagés :

  • un fonctionnement standard,
  • un fonctionnement plus important dans le cadre de la prise en charge de l’arrêt de production de l’UVE de Rennes.

Résultats

La comparaison effectuée montre que les émissions prévues ne représenteront qu’une très faible part des émissions locales avec moins de 0,5% des émissions annuelles d’oxydes d’azote (NOX) ou de monoxyde de carbone (CO) de l’agglomération de Rennes Métropole ou de la ville de Rennes.

De même, la comparaison avec le secteur Industriel montre que même dans le cas d’un fonctionnement plus important, la contribution de la chaufferie à ce secteur d’activité restera faible (moins de 2% pour les NOX et moins de 5% pour le CO).

L’étude de la dispersion conclut que pour les deux scénarios étudiés, les concentrations autour de la chaufferie resteront faibles au regard des concentrations observées en situation de fond urbain à Rennes. Ainsi, les rejets de chaufferie ne devraient pas dégrader l’indice de la qualité de l’air de la métropole rennaise.

Pour en savoir plus, consultez les rapports d’étude en téléchargement ci-contre.