L’indice de la qualité de l’air Définition, Méthode de calcul, Diffusion

L’indice de la Qualité de l’air

Lindice de la Qualité de l’air est un indicateur journalier prévisionnel qui permet de caractériser de manière simple et globale la qualité de l’air d’une zone géographique déterminée.

Pourquoi un nouvel indice ATMO en 2021 ?

Créé en 1994, l’indice ATMO actuel est un indicateur journalier de la qualité de l’air calculé sur les agglomérations de plus de 100 000 habitants, à partir des concentrations dans l’air de quatre polluants réglementaires : dioxyde de soufre (SO2), dioxyde d’azote (NO2), ozone (O3) et particules de diamètre inférieur à 10 µm (PM10).

Cet indice n’avait jusqu’ alors pas connu d’évolution majeure depuis sa création. Toutefois, considérant l’enjeu de santé publique que représente la qualité de l’air et le besoin d’une information plus complète exprimé par la population, une révision de l’indice est apparue nécessaire. Grâce aux nouveaux outils de surveillance dont la modélisation et aux évolutions techniques de communication, il devient aujourd’hui possible de fournir une information plus précise, à l’échelle de la commune ou de groupements intercommunaux. La révision de l’indice a donc été pensée au regard de ces enjeux.

Quelles sont les principales évolutions ?

Le calcul du nouvel indice repose sur plusieurs nouveautés :

  • il intègre un nouveau polluant réglementé : les particules fines PM2.5, aux effets sanitaires avérés. Ses seuils sont alignés sur ceux choisis par l’Agence européenne pour l’environnement ;
  • il permet de fournir une prévision calculée à l’échelle de chaque établissement public de coopération intercommunale (EPCI) ou à la commune selon les régions (et non plus uniquement sur les agglomérations de 100 000 habitants), sur l’ensemble du territoire national, y compris outre-mer. Il apporte ainsi une indication plus fine sur l’exposition de la population à la pollution de l’air, avec une information à différentes échelles territoriales, de l’EPCI à la commune.
  • l’échelle des couleurs évolue aussi : le niveau Très bon disparaît, et le niveau Extrêmement mauvais fait son apparition. Le nouvel indice qualifie donc l’état de l’air selon 6 classes : Bon / Moyen / Dégradé / Mauvais / Très mauvais / Extrêmement mauvais ;
  • le code couleur s’étend désormais du bleu (bon) au magenta (extrêmement mauvais) et  seul un qualificatif est associé à chacune des couleurs comme suit :

 

 

 

Méthode de calcul de l’indice ATMO 2021

Pour répondre au besoin de prévision des indices de la qualité de l’air à J et J+1ces derniers sont déterminés à partir des concentrations relevées aux stations fixes et des modèles de prévision disponibles pour connaître leurs évolutions sous 24 à 48 h.

Le calcul est effectué à partir des concentrations des 5 polluants  (PM2.5, PM10, NO2, O3, SO2) grâce :

  • à la modélisation qui intègre et agrège les données des inventaires d’émissions de polluants, les mesures et les prévisions météorologiques ;
  • aux mesures effectuées sur les stations de fond de notre réseau de surveillance.

Pour chaque polluant, un sous-indice est calculé en se basant sur les seuils correspondant aux concentrations dans l’air des différents polluants définis par la réglementation comme suit :

Seuils et couleurs de l’indice ATMO en vigueur au1er janvier 2021.

Chaque sous-indice est déterminé à partir de la concentration maximale du polluant considéré sur le territoire en question (EPCI ou échelle géographique plus restreinte) :

  1. Pour les particules fines inférieures à 10 micromètres : les PM10: le maximum des moyennes journalières ;
  2. Pour les particules très fines inférieures à 2,5 micromètres : les PM2.5 : le maximum des moyennes journalières ;
  3. Pour le dioxyde d’azote (NO2) : le maximum des concentrations maximales horaires du jour (comme pour l’ancien indice) ;
  4. Pour l’ozone (O3) : le maximum des concentrations maximales horaires du jour ;
  5. Pour le dioxyde de soufre (SO2) : le maximum des concentrations maximales horaires du jour.

Le qualificatif de l’indice ATMO retenu correspond au qualificatif le plus pénalisant des 5 polluants considérés pour le jour donné et la zone géographique considérée.

Retrouvez l’arrêté du 10 juillet 2020 relatif à l’indice de la qualité de l’air ambiant

> Consultez le guide de calcul du nouvel indice ATMO

Une diffusion quotidienne des indices

En Bretagne l’indice de qualité de l’air est mis à jour et diffusé quotidiennement entre 10h00 et 12h00

Il est diffusé automatiquement par le chargé de prévision sur notre site internet ainsi que sur nos comptes twitter et facebook (via les cartes des indices pour le jour et le lendemain). A partir de 12h00, les indices sont également transmis par mail via le bulletin de l’air quotidien diffusé automatiquement à nos abonnés.

Concrètement, quels seront les impacts liés à la révision de l’indice ATMO ? 

Ce nouvel indice prévu pour le jour J et le lendemain (J+1) permettra de connaître l’état de la qualité de l’air plus finement, près de chez soi et d’adapter ses activités en conséquence.

Cette nouvelle graduation modifie la représentation  des indices ATMO figurant sur nos cartes jusqu’alors ; 

  • Dès le 1er janvier 2021, en intégrant les particules très fines PM2.5, en se basant sur les seuils européens dans la méthode de calcul et en utilisant la nouvelle échelle de couleurs & qualificatifs associés imposée par la réglementation en vigueur. 
  • A partir du 4 janvier 2021, en ajoutant un module de cartographie associé permettant de visualiser l’indice de qualité de l’air à l’échelle des territoires (EPCI).

La prise en compte des particules fines PM2.5 et les changements de seuils permettront de mieux décrire la qualité de l’air localement. Néanmoins, le nouvel indice ATMO ne prendra en compte les polluants qu’individuellement et ne tiendra pas compte des effets cocktails de plusieurs polluants. Pour rappel, cet indice correspond à une représentation simplifiée de la qualité de l’air fondée sur des prévisions journalières et comportant une marge d’incertitude, à l’image des bulletins météorologiques.

En conséquence, ce qui pourra apparaître comme une augmentation du nombre de jours avec une qualité de l’air moyenne, dégradée, voire mauvaise, découlera du changement de la méthode de calcul, de l’intégration des PM2.5 et de l’abaissement des seuils concernant certains polluants. Cela ne résultera donc pas d’une dégradation générale de la qualité de l’air : en effet, celle-ci tend à s’améliorer depuis vingt ans (cf le bilan de la qualité de l’air extérieur en 2019 en France).

Source : ministère de la Transition écologique

Rappelons que l’indice n’a pas vocation à être un outil de gestion des pics de pollution et ne permet donc en aucun cas, de déclencher les procédures préfectorales liées aux dépassements des seuils d’Information- Recommandation et d’Alerte des différents polluants réglementés.

Téléchargez la brochure « le nouvel indice ATMO en 10 points »

Aux côtés des collectivités territoriales et de nos partenaires et adhérents, notre souhait est d’accompagner et de promouvoir la communication autour et sur l’indice ATMO afin que chacun puisse se saisir de ce nouvel outil pour mieux s’informer sur la qualité de l’air et mettre en place les actions nécessaires à son amélioration et à la protection de la santé de chacun.

Consultation et Accès en Opendata