Rennes Métropole : Évaluation de la qualité de l’air Modélisation urbaine à haute résolution

Fiche pratique

Documents : 1

Publié le : 14 déc. 2020

Pourquoi évaluer la qualité de l’air des centres urbains ?

Air Breizh a pris l’initiative d’évaluer l’exposition des populations à la pollution de l’air dans les principaux centres urbains Bretons. Ces derniers, soumis à de nombreuses sources de pollution intenses telles que le trafic automobile ou le chauffage résidentiel et tertiaire, sont des zones dites « sensibles ».

Une attention particulière est ainsi déployée sur ces territoires urbanisés qui regroupent environ 1 300 000 habitants, soit 40 % de la population bretonne.

Comment évaluer l’exposition de la population à la pollution de l’air ?

Cette évaluation est aujourd’hui possible grâce aux techniques de simulation et de modélisation de la pollution atmosphérique. En effet, la modélisation permet d’effectuer en tout point du territoire un diagnostic de la qualité de l’air respiré par les citoyens. Cette évaluation permet de répondre aux questions suivantes :

  • Comment se dispersent les émissions de polluants sur mon territoire ?
  • À quel niveau de pollution suis-je exposé quotidiennement ?
  • Quelles sont les zones d’impact maximal de pollution ?
  • Quel est l’impact des principales sources de pollution sur la qualité de l’air ?

Évaluation de la qualité de l’air de Rennes Métropole

Rennes Métropole est la plus grande agglomération de la région Bretagne comptant près de 430 000 habitants répartis sur 43 communes. Du fait de sa densité de population intra-rocade, une surveillance renforcée a été mise en place sur ce territoire, au même titre que l’ensemble des grandes agglomérations.

Ainsi, la métropole rennaise dispose en 2019 de 5 stations de mesures fixes placées dans des environnements variés, à savoir proche des axes routiers pour les stations urbaines de proximité automobile, dans des quartiers résidentiels ou encore dans le centre urbain pour les stations dites urbaines de fond.

Rennes Métropole est également concernée par un Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA). Il fixe les principales actions à réaliser sur le territoire pour la période 2015-2020 en vue de réduire les émissions de polluants atmosphériques. C’est dans ce cadre que la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) de Bretagne et Rennes Métropole ont sollicité Air Breizh afin de mener plusieurs études d’amélioration des connaissances dans des zones spécifiques. Ainsi, plusieurs campagnes de mesures ont été menées par Air Breizh, dont notamment une caractérisation de la dispersion de la pollution à proximité de la rocade rennaise et d’axes à fort trafic de la métropole.

Dans le cadre de ce Plan de Protection de l’Atmosphère, la présente étude poursuit cette démarche d’amélioration des connaissances.

L’étude s’est concentrée sur trois polluants réglementés, bons indicateurs de la pollution atmosphérique à laquelle les habitants sont exposés en milieux urbain et péri-urbain : le dioxyde d’azote (NO2), les particules fines PM10 et PM2.5.

La modélisation produite se base sur trois années civiles : du 1er janvier 2016 au 31 décembre 2018, afin de s’affranchir de conditions météorologiques exceptionnelles.

 

Pour en savoir plus, consultez le rapport d’étude ci-contre !