Vous êtes ici >>  Accueil  >    Polluants  >  Les oxydes d'azote

Les oxydes d'azote (NOx)

Une famille chimique variée
Parmi les nombreux oxydes d’azote existant dans l’atmosphère (protoxyde N2O, sesquioxyde N2O3, pentoxyde N2O5, …), le monoxyde (NO) et le dioxyde d’azote (NO2) sont les plus impliqués dans les mécanismes de pollution atmosphérique. Ce sont ces deux polluants qui seront désignés ici sous le terme d’oxydes d’azote.

Des polluants d’origine anthropique et naturelle

Le monoxyde d’azote NO se forme par combinaison de l’azote N2 et de l’oxygène O2 atmosphériques lors des combustions à hautes températures. Par conséquent, ce polluant est émis par les automobiles principalement, mais aussi les installations de chauffage, les centrales thermiques de production électrique, les usines d’incinération.

Ce polluant est donc émis par les installations de chauffage des locaux, les centrales thermiques de production électrique, les usines d’incinération et les automobiles.
   
Le monoxyde d’azote NO est oxydé en dioxyde d’azote NO2 par réaction avec l'oxygène de l’air :
2 NO + O2 <=> 2 NO2

La fabrication et l’utilisation d’acide nitrique, la déflagration d’explosifs et les soudages sont aussi à l’origine d’émission d’oxydes d’azote. A l’échelle planétaire, les orages, les éruptions volcaniques et les activités bactériennes produisent de très grandes quantités d’oxydes d’azote. Toutefois, en raison de la répartition de ces émissions sur la surface terrestre, les concentrations atmosphériques naturelles d’oxydes d’azote demeurent très faibles.

Leurs effets sur la santé

Le monoxyde d’azote présent dans l’air inspiré passe à travers les alvéoles pulmonaires, se dissout dans le sang où il limite la fixation de l’oxygène sur l’hémoglobine. Les organes sont alors moins bien oxygénés.
Le dioxyde d’azote pénètre dans les voies respiratoires profondes, où il fragilise la muqueuse pulmonaire face aux agressions infectieuses, notamment chez les enfants. Aux concentrations rencontrées habituellement le dioxyde d’azote provoque une hyperréactivité bronchique chez les asthmatiques.

Leurs effets sur l’environnement

Le dioxyde d’azote se transforme dans l’atmosphère en acide nitrique, qui retombe au sol et sur la végétation. Cet acide contribue, en association avec d’autres polluants, à l’acidification des milieux naturels.